Feux Croisés
Dimanche 2 Mars 2014
Actualités

La mémoire du monde




Alain Resnais (1922-2014)
Alain Resnais (1922-2014)
Certains jours sont plus redoutés que d’autres. Alain Resnais est mort.

Cinéaste majeur, jusque dans ses derniers films, Resnais faisait partie de ces artistes qui nous rendent fiers de notre pays, aux côtés de Jean de La Bruyère, Gustave Doré, Albert Camus, Paul Verlaine. Je peux dire qu’Alain Resnais, tout comme eux, est enseigné à l’école. Ses films sont montrés, étudiés, débattus. Nuit et Brouillard reste parmi les tourments les plus violents qui peut animer la jeunesse, horrifiée par le sens des mots et des images, et pourtant admirative du geste artistique sublime qui vise à enlacer une langue superbe à des images qui expriment différemment le même effroi.
Les images ne suffisaient pas à Resnais : son génie du montage n’a de sens que s’il est compris dans le rythme du phrasé d’Emmanuelle Riva et de Giorgio Albertazzi, des réminiscences de Jorge Semprún, des vibrations de la voix d’André Dussollier.

Un poncif est régulièrement employé pour Alain Resnais depuis une dizaine d’années : celui d’un cinéaste toujours jeune. Son œuvre, qui est son héritage et notre bien le plus cher, n’a pas d’âge ; elle reste pour toujours notre patrimoine, un fragment de la mémoire du monde. Le temps ne peut accomplir son funeste dessein sur ses films, ses idées géniales de mise en scène, sa lecture revigorante d’Anouilh, son rejet de la bienséance ou encore sa malice, tant qu’il restera des gens pour s’en souvenir, les évoquer et surtout les transmettre. Aussi préférerons-nous associer désormais un autre qualificatif le désignant : un cinéaste pour toujours.


Cédric Bouchoucha
Cofondateur et co-rédacteur en chef de Feux Croisés. Titulaire d'un master en études... En savoir plus sur cet auteur


A lire également
< >

Vendredi 21 Septembre 2012 - 14:41 Vous croyez avoir tout vu (de Resnais, du cinéma)

Vendredi 21 Septembre 2012 - 14:40 Clairvoyance