Feux Croisés

Olivier Assayas

Cosmopolis ? - Sidy Sakho

Le cinéma d’Olivier Assayas est très peuplé, traversé de langues, de corps, de silhouettes d’ici et d’ailleurs. Le multiculturalisme semble son affaire… du moins en surface. S’il est une chose difficile à reprocher à Olivier Assayas, c’est de ne pas aller voir ailleurs....

Passer à l'action - Emile Bertherat

          Évocation des jeunes années d'Olivier Assayas, Après Mai marque, deux ans après Carlos (dont on parlera ici dans sa version de 5h30), la volonté de renouvellement du cinéaste. Longtemps habitué aux récits intimistes, ses deux derniers films initient un passage...

Après tout, ou la triste vie d'Olivier Assayas - Jérôme Dittmar

Le cinéma d'Olivier Assayas est né au moment où une certaine idée du monde disparaissait. Dans cette transition imaginaire qui allait conduire de la fin des utopies propres aux années 70 à l'avènement d'un homme nouveau et schizophrène dupliquant son histoire en numérique. En...

Dossier Olivier Assayas -

Le Sacre du Printemps à l’heure d’été. À en croire sa double ovation en 2012, entre le festival Paris Cinéma et la Mostra de Venise, le signe du lion sied à Olivier Assayas. Désordre revendiqué et Après mai consensuel ? Entre ces deux longs-métrages dont les titres rugissant forment un...

Sous les navets la vague -

À propos du vague phénomène 68 dans : The Dreamers (2003) de Bernardo Bertolucci, Les Amants Réguliers (2004) de Philippe Garrel, Nés en 68 (2008) de Olivier Ducastel et Jacques Martineau et Après Mai (2012) d’Olivier Assayas.           À l’occasion des trente ans de mai...

La tête la première - Camille Polet

Dans Après Mai, dix-huit ans après L’eau froide, Olivier Assayas retrouve Gilles et Christine. Ce ne sont pas les même personnages, et pourtant, ils s’inscrivent dans un même élan : les années 1970, l’adolescence, et le passage à l’âge adulte durant une période bouleversante et bouleversée....

Devenir un homme -

Assayas l'a répété dans de nombreux entretiens, la télévision permet aujourd'hui de produire ce que ne peut pas produire le cinéma. Pour Carlos, qui est sorti en salles dans une version de moins de trois heures (contre plus de cinq à la télévision), la polémique cannoise était mal venue... Alors...

Collectionneuse : Le costume de Maggie Cheung chez Olivier Assayas - Linda Zheng

Maggie, toute de noir et de latex vêtue dans Irma Vep (1996), et Emily, l’héroïne échevelée et débraillée de Clean (2004), toutes deux interprétées par Maggie Cheung dans des films d’Olivier Assayas, ont bien peu en commun. La première, actrice anglaise d’origine chinoise (Maggie...

Après Mia -

À propos du personnage de la jeune fille : Mia Hansen-Løve dans Fin août début septembre (1998) et Les Destinées sentimentales (2000). « Les jeunes filles sont toujours un problème en France, aussi bien au théâtre qu’au cinéma. Je ne sais pas pourquoi, dans les films français, les jeunes...

On n'écrit jamais que sur soi-même - Laurent Husson

« On n'écrit jamais que sur soi-même [...] ». C'est par ces mots, cet aveu, qu'Olivier Assayas commence la préface de son essai consacré au cinéaste Kenneth Anger, intitulé exactement Éloge de Kenneth Anger. Vraie et fausse magie au cinéma. L'auteur le déclare d'entrée : ces pages...