Feux Croisés
Mercredi 16 Avril 2014
Dossiers

Dossier Charlie Chaplin




Dans notre dossier du mois de Décembre, nous citions Martin Scorsese qui s’adressait aux jeunes : Faites ce que faisaient les peintres d'antan. Étudiez les vieux maîtres. Enrichissez votre palette. Élargissez votre gamme. Il reste encore tant à apprendre.
Feux Croisés choisit donc de consacrer son premier dossier de l’année à un anniversaire, le centième du père de tous les personnages de fiction, l’incarnation, pour certains, du cinéma même, ou pour d’autres, comme votre serviteur, de l’ami qui vous initie à la cinéphilie : Charlot.

Charlot est donc célébré cette année. Le vagabond apparaissait effectivement il y a un siècle, le 7 Février 1914, sur les écrans de cinéma, à travers un film modeste d’Henry Lehrman, Kid’s auto race. De cette œuvre, deux choses à retenir : un panoramique qui filme la (vraie) foule de badauds venue assister à une course de voiture pour enfants, au sein duquel s’incruste un (faux) vagabond, attiré par le mouvement de la caméra ; les regards et sourires de cette foule, manifestement amusée par le petit numéro improvisé entre Chaplin et Lehrman lui-même. On pourrait ainsi supposer que ce jour célèbre aussi l’invention de la caméra cachée. Chaplin créé Charlot par le rire qu’il provoque à l’écran et en dehors.
Charlot est né et mort dans l’improvisation, de cette volonté farouche d’apparaître à l’écran en 1914, à ce charabia fébrile mais délicieux chanté devant une foule conquise en 1936 dans Les Temps Modernes. Mais entre ces deux dates, c’est une véritable pensée du comique et du monde qui s’est mise en pratique et qui a forgé la réputation du cinéaste Chaplin. Le regard de Chaplin est celui, pudique, qui présente une femme bafouée de dos, que l’on imagine en pleurs, tout autant que celui qui, avec malice, montre encore de dos un riche comte qui vient d’être quitté par sa femme, les épaules tremblantes, que l’on imagine aussi en pleurs, et qui, en se retournant, trahit son attitude : alcoolique, le comte secouait un shaker. Ce qui trouble chez Chaplin, c’est la liaison entre pudeur et malice, malheur et bonheur, fléchissement des genoux du malheureux et rebond revigorant de l’opprimé. Au regard de Chaplin répond celui de son public, amusé dans le film de Lehrman, émerveillé dans celui d’Octavio Cortazar, Por primera vez. Ce court-métrage cubain de 1967 relate une expérience magnifique : la projection des Temps Modernes dans le village de Los Mulos, près de Guantánamo mais isolé dans les hauteurs de l’île. Cette projection est ainsi l’occasion pour l’écrasante majorité des villageois de découvrir, pour la première fois, un film. Une fois la nuit arrivée, la projection en plein air peut débuter. Les yeux de ces enfants brillent tous, reflétant à la fois la beauté de leur regard mais aussi le spectacle auquel ils assistent.

Le dossier que nous vous présentons aujourd’hui est habité par ce regard, qui converge vers le même génie artistique. Pour ce dossier, Feux Croisés ne peut justifier son nom tant Chaplin suscite l’admiration. Nous revenons ainsi sur la complémentarité de Chaplin et Keaton, les traces de Charlot dans les films du cinéaste où il n’apparaît pas, mais aussi sur ce qui fait l’essence de Charlot : la lutte. Lutte contre le temps, contre la nature, contre l’injustice. Dans sa jeunesse, Ben Hecht écrivait dans les pages d’une revue littéraire que Chaplin était un enfant et un clown. Charlot est le personnage qui garde son indignation, celle de l’enfant qui a du mal à accepter un réel qu’il découvre, mais également celle du clown, qui propose un réel neuf où de nouvelles règles s’imposent.

Nous avons aussi choisi de créer un partenariat pour ce dossier. Et comme un partenariat de qualité commence par un partenaire de qualité, nous avons choisi le site MUBI, avec lequel nous vous proposons deux films en ligne : le premier de Chaplin, The Adventurer, et le second de Keaton, Steamboat Bill Jr., plusieurs fois évoqué ici. Trois concours seront organisés ce 17 Avril pour tenter de gagner une offre d’essai d’un mois sur le site, qui propose un film par jour.

Dossier réalisé sous la direction de Cédric Bouchoucha 
avec des textes de
Chloé Beaumont
Cédric Bouchoucha
Anna Marmiesse
Rémy Russotto
Carlos Solano

Nous mettons aussi à votre disposition une playlist Spotify.



Cédric Bouchoucha
Cofondateur et co-rédacteur en chef de Feux Croisés. Titulaire d'un master en études... En savoir plus sur cet auteur


A lire également
< >

Mercredi 16 Avril 2014 - 23:30 Pouvoir de Chaplin, grandeur de Keaton

Mercredi 16 Avril 2014 - 23:25 Où est Charlot ?