Feux Croisés
Vendredi 30 Janvier 2015
Juste une image

Le Coup de cœur




Des Quatre Cents Coups, on retient souvent le plan final, ce regard caméra mythique de Jean-Pierre Léaud. Mais le plan qui me bouleverse à chaque fois que je revois le film, c’est celui où Antoine Doinel jette un dernier regard aux rues de Paris à travers la vitre du fourgon de police. Ce n’est pas la cruauté et l’injustice de l’acte (un enfant de douze ans arrêté) qui me marquent, mais la beauté de ces larmes d'enfant qui répondent aux lumières de la ville, de ces variations de Jean Constantin sur une musique évoquant l’enfance puis le drame, de ces petites mains agrippant les barreaux à défaut d’être retenu par des parents trop distants.

La première fois, je l’interprétai comme un appel au secours. Maintenant et probablement pour toujours, il est l’illustration la plus forte de la fin de l’innocence, de l’enfance. L’enfance de qui ? La nôtre en même temps que celle d’Antoine. Film vu au début de l’adolescence, ce récit presque autobiographique résonne pourtant en chacun d’entre nous. Déjà abandonné par ses parents, le plus dur est de laisser derrière lui son terrain de jeu qu’est la ville. Ces derniers coups d’œil désespérés jetés sur un manège d’auto-tamponneuses et sur les boîtes de Pigalle, c’est de la nostalgie pure. Parce que ce passage à l’âge adulte fut trop brusque, Antoine ne sera jamais Monsieur Doinel. En cinq films, l’enfant du fourgon n’aura de cesse de poursuivre la fuite amorcée à la fin de ce premier opus.

Travelling arrière déguisé, les images de la ville fonctionnent comme une rétrospective intérieure, comme le contrechamp mélodramatique du regard caméra. Alors qu’il observe pour l'instant son passé inachevé, le film se conclura par un regard hésitant mais profond vers l’avenir. L’avenir d’un personnage, d’un acteur, d’un cinéaste. Premier film et film somme, le film raconte Truffaut et cette image nous place à ses côtés.


Chloé Beaumont
Co-créatrice de Feux Croisés. En savoir plus sur cet auteur


A lire également
< >

Vendredi 30 Janvier 2015 - 20:05 Dossier François Truffaut