Feux Croisés
Mardi 24 Décembre 2013
Dossiers

Le roi lion




Un lion se balade dans un bureau : c’est l’un des premiers plans du Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street, 2013).

Ce ne fut au départ qu’un jeu de piste personnel et plutôt amusant à travers les films de Martin Scorsese : trouver le lion. Que ce soit sous forme vivante, de décor, d’objet, le lion marque de sa présence sa filmographie. Cette figure omniprésente ne pourrait être qu’un simple hasard ou un clin d’œil récurrent  pour les plus fins observateurs. Mais ces apparitions sont dignes d’intérêt analytique dans au moins quatre films : La Dernière Tentation du Christ (The Last Temptation of Christ, 1988) - dans lequel la symbolique biblique semble être trop évidente pour s’y attarder, Casino (1995), Aviator (The Aviator, 2004) et Shutter Island (2010). Certes, la portée d’une telle figure est moins analytique que purement symbolique par rapport aux personnages. 

Shutter Island
Shutter Island
Dans Shutter Island, le lion est une statuette posée sur le bureau du Dr Cawley (Ben Kingsley). D’abord présente à l’arrière-plan, son apparition est d’abord de l’ordre de l’anecdotique. Scorsese choisit de le placer au premier plan, elle devient le principal protagoniste, l’objet de toute l’attention du spectateur, le temps d’un plan. De ce fait, la présence de ce lion ne peut plus relever de l’anecdote et devient même le signifiant, si ce n’est de la séquence, du plan. Celui-ci a lieu juste après que Cawley ait donné une aspirine dont on connaitra plus tard le véritable effet. Généralement le symbole du pouvoir et de la domination, le lion placé ainsi devant Cawley appuie la position de supériorité du personnage sur ses deux antagonistes. Le pragmatisme cynique du marshal Teddy Daniels (Leonardo DiCaprio) contre l’arrogance scientifique du docteur était de mise jusqu’à présent. Ce symbole vient changer l’équilibre de cette relation dominé/dominant.

Aviator
Aviator
Cette utilisation du lion pour signifier la faiblesse d’un personnage aux yeux des autres n’est pas inédite. Si Teddy Daniels n’avait ni la force ni le pouvoir que l’on associe communément au lion, tous les autres héros « scorsesiens » possèdent ces traits à un moment ou à un autre de leur film respectif. Le lion d’Aviator est un lionceau. Il apparaît justement au début du film lors de la première des Anges de l’enfer (Hell’s Angels, 1930) superproduction produite et réalisée par Howard Hughes. La figure animale s’intègre ici parfaitement au décor du fait du faste de l’évènement mais il synthétise surtout le statut du héros à ce moment précis du récit. Du fait du très jeune âge du personnage pour une telle stature (Hughes a vingt-cinq ans en 1930), la fonction exotique comme le caractère incongru de la présence d’un lionceau au beau milieu de cette foule humaine fait écho à l’arrivisme et à la précocité certaine de Hughes. Un homme exhibe son lionceau, tout comme le cinéma est fier du sien, Hughes dont l’animalité et la future position de leader de l’aviation feront de lui un véritable lion.

Casino
Casino
Scorsese réitérera l’appel à la figure du lion pour évoquer la grandeur et la puissance dans Casino. Ace Rothstein (Robert De Niro) est, comme il le sous-entend à plusieurs reprises dans le film, un lieu à lui tout seul, le Tangiers. La symbolique du lion naît sous les traits d’un bâtiment imposant, filmé en lent travelling avant et accompagné d’une musique de Bach. Car Ace est le Tangiers, la magnificence du lieu aux allures de fauve est une métaphore idéale de ce qu’incarne le personnage à la face de ville et de ses ennemis. Le montage de Scorsese fait que ce plan succède à la scène de tentative d’assassinat du héros du film. La magnificence immortalise la grandeur d’Ace malgré sa chute proche. Bien que le Tangiers ne soit plus sien, il reste un maître ; Scorsese appuie ainsi sa sacralisation éternelle des personnages déchus.


Chloé Beaumont
Co-créatrice de Feux Croisés. En savoir plus sur cet auteur


A lire également
< >

Mardi 24 Décembre 2013 - 04:50 Le Lion de Belfort