Feux Croisés
Lundi 5 Novembre 2012
Novembre 12

Libre échange




¡ Que viva México ! , Sergueï Eisenstein, 1932
¡ Que viva México ! , Sergueï Eisenstein, 1932
Triple actualité pour notre revue en ce mois de Novembre.
Tout d’abord un dossier, consacré à Olivier Assayas, à l’occasion de la sortie de son nouveau film, Après Mai. C’est la première fois que nous déléguons la coordination d’un dossier. Claire Allouche, qui a fait preuve au cours de ces derniers mois d’un intérêt particulier pour Feux Croisés, dirige donc ce dossier, qui promet d’être particulièrement riche, permettant également à de nouvelles plumes de s’exprimer au sein de notre revue.

C’est aussi elle qui suivra pour nous le Festival des Trois Continents, à Nantes, du 22 au 27 Novembre (le festival commence le 20). Un festival qui depuis plus de trente ans propose une découverte des cinémas d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie.
Nous respectons ainsi notre volonté première à l’ouverture du site : déléguer les responsabilités, faire confiance, alléger les charges de chacun pour renforcer la revue et lui donner de nouvelles perspectives.

Faire confiance. Notre troisième actualité est intimement liée au Festival des Trois Continents. Il s’agit de l’ouverture d’une nouvelle rubrique – projet qui me tient particulièrement à cœur – appelée Feux du Monde. Elle aura pour but de publier des textes écrits en langue étrangère, ainsi que leur traduction française. Nous espérons ainsi offrir un panorama des cinémas d’ailleurs, que l’on croit connaître à tort. Qui peut se targuer, en France, de connaître aussi bien le cinéma espagnol que le cinéma français ? Quels cinéastes espagnols contemporains connaissons-nous ? Almodóvar ? Amenábar ? C’est bien.

Mais nous refusons cette ignorance imposée par la loi de Cannes qui, fatalement, nous fait tourner en rond. Il ne s’agit pas de reprocher quoi que ce soit aux sélections cannoises, mais force est de constater que nous avons les moyens de ne connaître que le cinéma français et américain. Ce que les distributeurs ne peuvent assumer pour des questions économiques évidentes, nous, nous le pouvons, par l’écrit, gratuitement. Les textes publiés auront ainsi un lectorat multiple, puisque qu’ils s’adressent tout autant aux cinéphiles espagnols, québécois, portugais, irlandais que français. Riche est le discours traduit, abolies sont les frontières du langage, Feux du Monde se veut être un parangon du dialogue fraternel et cinéphile, une  correspondance privilégiée avec les autres pays, leurs trésors, leurs problématiques ; l’identité d’un peuple, si elle n’est pas toujours dans sa cinématographie, se retrouve dans ses schémas de pensée et dans sa langue.


Cédric Bouchoucha
Cofondateur et co-rédacteur en chef de Feux Croisés. Titulaire d'un master en études... En savoir plus sur cet auteur